Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 23:54

Samedi 29 Mars, de nombreuses Fnac seront en grève en Espagne pour protester contre les nouvelles mesures d’austérité et l’amélioration de leurs conditions de travail. Depuis le début de la crise en 2008, les régressions sociales n’y épargnent aucun secteur. Les indicateurs de pauvreté et de chômage explosent. Les aides sociales font défaut à des millions de foyers aux abois. Ces six dernières années ont néanmoins été marquées par de puissantes mobilisations sectorielles et des grèves générales, rien qu’en 2013, 44 000 manifestations ont été comptabilisées. Le 22 Mars La plus importante manifestation de l'histoire récente de l'Espagne a eu lieu à Madrid avec deux millions de personnes. Au-delà des frontières, nos intérêts sont communs, la quête de justice sociale la même.

Nos collègues des Fnac espagnoles nous ont récemment contacté via les réseaux sociaux, et c’est afin de leur rendre justice et de leur apporter soutien et visibilité puisque ces évènements considérables sont en France passés sous silence.

Une situation qui nous interroge lorsque les médias français donnent, depuis des mois, une tribune démesurée aux discours du Front national. Le CSA a d’ailleurs rappelé à l’ordre BFMTV au sujet de la surreprésentation qui leur y a été octroyée. Alors que ce parti, dont les propos changent en fonction des circonstances, tente de camoufler son crédo d’ultralibéralisme financier, il mise sur les peurs et nourrit la haine. Il ne veut pas d’une France solidaire; il veut une France où les capitaux français auraient davantage de liberté à exploiter les travailleurs, et continuera toujours à servir, à travers cette imposture, les intérêts du MEDEF, et les véritables responsables de la crise, en polluant les débats. La preuve par l’exemple que le FN exonère les vrais responsables et permet aux multinationales, à qui appartiennent les grands groupes de presse, de faire diversion, d’éloigner l’opinion des solutions réelles, par le mensonge et la haine, et des mouvements sociaux : d’entretenir le fatalisme.

Il est donc légitime qu’en tant que syndicats et citoyens, nous combattions à chaque instant ces idées avec la plus grande détermination.

Nos collègues espagnols marchent pour la dignité et nous leur apportons notre entier soutien car la réalité des faits est qu’à la Fnac comme ailleurs un juste partage des richesses est nécessaire. Des différences de rémunération de 1 à 100 entre Pdg et salarié de base; une prime de participation de 2 millions d’euros pour 8000 salariés, contre une autre de 10 millions pour les 10 dirigeants de la Fnac. Des bénéfices intégralement versés aux actionnaires aux dépends de l’investissement ou des salaires, des plans dits « sociaux » qui s’enchaînent, ne laissant derrière eux que chômage et précarité.

A Amiens ; salariés, retraités, privés d’emploi, comme l’ensemble des citoyens, femmes et hommes, n’oubliez pas que vous êtes appelés à participer Dimanche 30 Mars aux élections municipales. C’est un rendez-vous important pour l’expression démocratique. A ce titre, la CGT Fnac d’Amiens ne saurait rester passive, au regard de la gravité de la situation, et incite chacun(e) à affirmer sa citoyenneté pour un contexte local favorable aux revendications et au progrès social.

Amiens le 26 Mars 2014

Communiqué de la CGT Fnac Amiens  en solidarité à nos collègues espagnols et plus…
Repost 0
Published by CGT Fnac Amiens
commenter cet article
5 mars 2014 3 05 /03 /mars /2014 09:43

   Amis de l’argent facile de la « Fnac d’en bas », pas de panique ce n’est que le rapport entre la plus haute et la plus basse rémunération dans la Fnac, (à temps complet quand même) et le winner est A. Bompard notre PDG en exercice.

   Pour ne pas le livrer aux chiens, nous tairons le nom du looser de base, ça doit bien être un peu de sa responsabilité, non ?

   Comment dit-on « le fossé se creuse » dans la langue de l’élite ?

 

   Nous venons de parler de salaires sans être entendus, il faut une fois de plus constater que les minima de grille font la politique salariale de la boite, plus de 90% des salariés sont au pied de grille…

 

   La publication des comptes de la société ce 27 février est donc l’occasion d’entendre notre leader se féliciter des choix opérés.

   A y regarder d’un peu plus près, si les résultats de la Fnac s’améliorent pour 2013, il est facile de constater que l’embellie est à mettre pour l’essentiel au compte de la réduction des couts, autrement dit au compte de l’efficacité financière des plans sociaux.

 

   D’ailleurs, nos collègues disquaires, dentinaires le 28 des lettres de « départ » sont particulièrement enthousiastes de pouvoir à leur tour contribuer si efficacement à l’amélioration des résultats.

 

   Il convient d’ajouter qu’une partie de ce résultat en net progrès est aussi financé par nos propres impôts, d’un coté par les allégements de charges sur les bas salaires (pieds de grilles ?) et de l’autre par le biais du Crédit d’ Impôt pour Compétitivité et l’Emploi (CICE), de création récente et « socialiste ».

 

   Histoire de rire un peu, même jaune, prenons connaissance de ce qu’en dit le site officiel :

 

  « Le CICE a pour objet de financer les efforts de l'entreprise en matière d'investissement, de recherche, d'innovation, de formation, de recrutement, de prospection de nouveaux marchés, de transition écologique ou énergétique et de reconstitution de leur fonds de roulement. »

 

C’est savoureux !

 

  Il conviendrait, puisque les résultats le permettent désormais, de payer un coup aux ministres Moscovici (pour le CICE) et Sapin (pour la mise en œuvre de la Loi de Sécurisation de l’Emploi, celle qui permet de plier un plan social vite fait).

 

   Invité de France Inter dans l’émission éco de ce samedi matin et interrogé à propos des suppressions d’emplois passées et sur les éventuelles « charrettes » à venir notre sémillant dirigeant s’est efforcé d’éluder la question.

 

   On allait oublier que le communiqué de presse comporte un chapitre intitulé « poursuite de la recherche d’économies de couts », et il y est rappelé qu’il reste 25 M€ à gratter sur 2014…

 

AÏE…

Votre CGT Fnac Amiens

Rémunération à la Fnac, un écart de 1 à 100
Repost 0
Published by CGT Fnac Amiens
commenter cet article
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 19:50

photo-copie-5.JPG

Repost 0
Published by CGT Fnac Amiens
commenter cet article
25 janvier 2014 6 25 /01 /janvier /2014 16:42

Les motifs d’insatisfaction et les raisons d’exprimer notre mécontentement ne manquent pas. Nul besoin de catalogue pour illustrer les réalités de nos conditions de vie et de travail dégradées. La peur de perdre son emploi et l’angoisse de l’endettement figurent en tête des préoccupations des salariés en cette fin d’année 2013…

Les richesses créées par notre travail doivent prioritairement servir à la réponse aux besoins sociaux, à la création d’emplois de qualité, à la revalorisation du SMIC, à la hausse des salaires pour vivre mieux et permettre une relance de la consommation des ménages et permettre ainsi une relance de la croissance.

Et c’est possible !

Diviser par deux les dividendes des actionnaires libérerait 120 milliards d’euros pour les investissements productifs, permettrait de revaloriser le SMIC et le point d’indice dans les fonctions publiques. Cela créerait de l’emploi et garantirait le financement de la Sécurité sociale.

En ouvrant le débat sur le « coût du capital » pour répartir autrement la richesse produite, la CGT veut rétablir la vérité. Elle veut démontrer que ce qui coûte ce n’est pas le travail, c’est le capital. Aujourd’hui, en moyenne un salarié du privé travaille 45 jours par an pour payer leurs dividendes aux actionnaires.

La campagne sur le « coût du travail » orchestrée par le Medef ne vise qu’à culpabiliser les salariés et à permettre à une minorité d’accaparer les richesses produites par notre travail.

Pour changer de logique de développement, pour changer la donne, nous le savons, le monde du travail doit s’organiser se rassembler , s’unir et agir…

C’est pourquoi la CGT propose, dans l’unité la plus large, de porter ensemble nos exigences en matière de salaires, d’emplois, de conditions de travail, de protection sociale, de service public,

 

A Amiens; le Jeudi 6 février 2014

à partir de 14h30 à la Maison de la Culture


Retrouvons nous nombreux pour manifester tous ensemble. Pour être plus forts, se défendre, gagner des droits, 

6-fevrier-site.png

Repost 0
Published by CGT Fnac Amiens
commenter cet article
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 10:01


…mais sur Fnac Périphérie en ce début d’année 2014.

Le procédé est désormais bien rodé, un communiqué de presse pour annoncer la casse sociale, juste brutal. Les salariés des établissements de Portet-sur- Garonne et Villiers-en-Bière vont donc connaître le sort de ceux du siège, de Relais et Codirep touchés par les plans sociaux en 2012 et 2013. Le rythme adopté par la Fnac pour fabriquer des chômeurs est soutenu, à se demander si le géniteur de ces « charrettes » n’y prend pas un plaisir pervers, y compris dans le choix de la date d’annonce.

Alors que la décision de fermeture ne date surement pas d’hier, pas question d’informer les salariés et leurs représentants en amont. Il faut dire que c’est la fin d’année qu’il fallait à tout prix préserver, on a ainsi pu encourager les futures victimes à se défoncer pour galoper derrière des résultats qui n’auraient rien changé à la décision. Rappelons que Périphérie est le « modèle » idéal pour la Fnac… Le « nettoyage » prévu va se trouver facilité par la quasi absence de représentation syndicale sur la société ainsi que par les textes de juillet 2013 issus de l’ANI.

Mais jusque dans le communiqué officiel on sent l’embrouille puisqu’il y est question de reclassement possible alors que la simple observation de la chronologie et des faits permet d’en douter. En effet, il y avait une centaine de poste de reclassements recensés sur la France avant l’annonce d’hier et dont 3 ou 4 étaient justement sur les deux Ets condamnés!

C’est également oublier que 180 disquaires vont être à reclasser, issus des PSE de Relais et Codirep dont la mise en œuvre n’a pas encore débuté. Une simple soustraction explique le truc, et par ailleurs la société Fnac Périphérie est plus récente, avec le turn-over le plus important, ce qui fait que les âges et les anciennetés y sont moindres, et en conséquence au regard des critères posés par les textes les positionne en dernier.

L’année ne fait que commencer et on est déjà à souhaiter qu’un bus chargé de travailleurs écrase, par accident, le pervers précité et ses potes…c’est mal.

Votre CGT fnac Amiens

Repost 0
Published by CGT Fnac Amiens - dans Conditions de travail
commenter cet article
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 17:49

Monsieur,

Cette lettre est rendue publique pour que chacun sache suite à notre demande par courrier du 20 Novembre que vous ne souhaitez manifestement pas nous rencontrer. Un entretien qui a pour but de vous exprimer les inquiétudes des salariés quant à l’avenir de notre magasin face à ce nouveau PSE. Salariés qui rappelons le nous ont choisi ultra majoritairement pour les représenter. Nous avons sollicité plusieurs fois sur le sujet M. Mayeux directeur de la Fnac d’Amiens ainsi que les personnes  des ressources humaines, y compris en vous informant par leurs intermédiaires que nous étions prêts à se déplacer pour vous rencontrer.

Sachez monsieur que cette politique de la chaise vide est choquante et inadmissible.

Choquante puisque le dialogue social tant vanté par la direction de la Fnac est preuve en est une fois de plus à sens unique. Que coûte aujourd’hui une simple réponse, sinon d’éviter de paraître impoli et méprisant devant les incertitudes et les craintes croissantes des salariés et de nos clients ?

Inadmissible parce que à l’heure où nous vous écrivons il y a urgence d’agir de façon constructive dans l’intérêt général. Nous avons été reçus par plusieurs élus des pouvoirs publiques qui ont adressés des courriers à M. Bompard PDG de la Fnac, et Mme Filippetti ministre de la culture, une pétition et deux rassemblements d’ampleur ont été organisés. Votre silence face à cette situation de faits et les preuves de l’expression par tous d’un sentiment d’inquiétude est des plus incompréhensibles. N’oubliez pas qu'une expertise votée sur les risques psycho-sociaux sera bientôt réalisée et que pour les salariés de la Fnac d’Amiens un licenciement, au vu de l’impact considérable en termes humains et financiers, est inconcevable.

Sans devoir encore vous expliquer la situation particulière de notre magasin, nous espérons que vous n’êtes pas déconnecté de la réalité au point de croire que les salariés se satisfassent d’une promesse, qu’après avoir licencié l’un des leurs, une personne serait embauchée en CDD. Preuve en est de l’absurdité de ce PSE à la fnac d’Amiens. Cette position est, en plus d’être indigne de notre enseigne et aussi insultante, la preuve du déni de ce qu’apporte chaque salarié par sa connaissance et son expertise au quotidien. Qui peut en effet croire que la Fnac d’Amiens puisse  affronter les difficultés que nous connaissons à travers une stratégie injuste de délitement scandaleuse de notre magasin ?

Notre proposition de vous rencontrer aux vues des enjeux  bien évidement tient toujours et nous en appelons à votre responsabilité pour négocier ensemble dans l’intérêt de la pérennité commerciale de la Fnac d’Amiens et pour la garantie de la santé mentale et physique des salariés.

Veuillez agréer tout de mêmes Monsieur, l’expression de nos sentiments distingués.

Pour le syndicat CGT Fnac Amiens
le secrétaire Levêque Florian

 

lettre-dr.jpg

Repost 0
Published by CGT Fnac Amiens - dans Luttes
commenter cet article
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 16:46

72058059.jpg

Les négociations nationales sont terminées.

Confirmation d'un licenciement à la Fnac d'Amiens.

Sauf que nous ne sommes pas des moutons que l'on emmène tranquillement à l'abattoir.

Le combat continue, car qui peut croire que foutre un de nos collègue dehors va servir à quelque chose sinon à nous rapprocher un peu plus   du gouffre dans lequel certains aimeraient nous voir disparaître.


On lâche rien maintenant c'est négo 100% Amiens,

et si ils veulent du sport il va y en avoir.

 


Repost 0
Published by CGT Fnac Amiens - dans Luttes
commenter cet article
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 15:04

Aidez nous pour sauver l'emploi et garantir un accueil de qualité en signant la pétition link

 

Merci

Repost 0
Published by CGT Fnac Amiens - dans Luttes
commenter cet article
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 15:33

993448_511832655581578_1011313336_n-2-.jpg

Repost 0
Published by CGT Fnac Amiens - dans Luttes
commenter cet article
1 décembre 2013 7 01 /12 /décembre /2013 18:36

   La CGT Fnac Amiens va continuer de sa battre avec tous les salariés qui pensent que seule la lutte nous permettra de garder notre dignité et nous permettra d’obtenir au final gain de cause !!!

Nous vous informerons prochainement de la suite donnée au courrier adressé au directeur régional ainsi que l'expertise voté en CHSCT.

 

   La resignation n'a pas sa place quand l'un des notres

voit son emploi menacé injustement.

 

Bravo aux Fnaceux et merci à tou(te)s pour votre soutien

 

Dans la presse: link

 

1480644_3796212999601_1379414496_n.jpg


1476153_3796216999701_1848726855_n.jpg

 

529223_3796210159530_496873105_n-copie-1.jpg

 

2110902083_3293093_1.jpg


Repost 0
Published by CGT Fnac Amiens - dans Luttes
commenter cet article

Nous contacter

DP/DS: Levêque Florian

          dp.fnacamiens@gmail.com

          06.37.73.58.95

CE: ce.fnacamiens@gmail.com

Notre page Facebook: link

Rechercher

Nous sommes?

La CGT Fnac Amiens, ce sont des syndiqués militants et une expérience reconnue. La CGT Fnac Amiens s’inscrit dans les statuts généraux du syndicat: " Agir pour une société démocratique,libérée de l’exploitation capitaliste et d'autres formes d’exploitation et de domination,contre les discriminations de toutes sortes,le racisme,la xénophobie et toutes les exclusions…"

Articles