Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 17:05

La direction de la Fnac entend dénoncer l’usage en vigueur qui permet aux salariés qui n’ont pas soldé leurs congés de les reporter sur l’année suivante, sans les perdre donc.

Qu’est ce qu’un usage sinon une pratique non réglementée ni codifiée qui instaure un droit plus favorable que le droit commun, c’est notre cas pour les congés.

De manière très surprenante, la direction prend appui sur l’enquête interne EOS et sur l’insatisfaction exprimée des salariés :

« La direction de mon entreprise est attentive au bien-être de ses salariés » (4,9/10) pour en tirer la conclusion que c’est cet item qui est l’irritant !

Bien évidemment, la question n’a jamais été posée aux salariés, mais la Fnac fait La question et La réponse pour justifier son point de vue, le coté créatif qu’on aime…

Mais ce n’est pas fini, selon nos dirigeants, c’est pour le bien-être des salariés qu’il faudrait supprimer un avantage institué en leur faveur, merci de penser à nous !

Avec le mauvais esprit qui nous caractérise, nous pensons plutôt que la Fnac, toujours dans l’objectif de réduction des coûts pour la défense du résultat et des rémunérations excessives des dirigeants, cherche à braquer au passage des jours de CP, mais aussi à réduire les provisions pour CP qui figurent dans les comptes, tout ce bon pognon qui n’est pas disponible.

La question des organisations du travail et des effectifs est éludée, mais elle va se poser sérieusement.

En effet, si les CP sont reportés, c’est qu’ils ne peuvent pas être pris.

Outre la fin d’année où les CP ne sont pas acceptés, chaque service a une saisonnalité spécifique qui conduit à neutraliser des périodes pour la prise des congés.

La réduction des effectifs ne permet plus dans de nombreux cas la prise de CP simultanés, car les départs ne sont plus remplacés depuis longtemps, et la taille de l’Ets peut accentuer le phénomène.

Dans certains services, pour bénéficier de 3 semaines en été, il faut poser une semaine sans solde qui permet d’opérer un remplacement sur le poste et le fonctionnement du service.

Mais on génère ainsi un stock de CP non pris que la Fnac se propose gentiment d’essorer, mais bien sur pour notre bien-être exclusif !

Votre CGT Fnac Amiens le 12 septembre 2015

Report de congés, l’usage du bien être…
Repost 0
Published by CGT Fnac Amiens
commenter cet article
17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 14:51

Rémunération délirante de notre bon Pdg Alexandre Bompard

On vous laisse apprécier !

Voici les éléments publics de rémunération d’Alexandre Bompard extraits du document de référence:

Rémunération totale A. Bompard

Rémunération due ou attribuée en k€

2013

à 2014

Rémunération fixe

956

à 900

Rémunération variable annuelle

867

à 902

Rémunération variable pluriannuelle, dont :

1 480

à 6 370

Unités de valeur

1 350

à 4 970

Options de performance

130

à 1 400

Jetons de présence

19

à 29

Total

3 322

à 8 201

Vous avez bien lu !

plus de 8 millions d’euros ! pour une entreprise qui dégage un résultat de

41 Millions

Voyez l’importance de se défoncer pour faire prospérer sa cagnotte tout en y laissant notre santé, nos dimanche comme ils l’ont tenté ou de nous gratter des tickets restaurants en douce…

Alors devant l’énormité de la somme et l’injustice qu’elle incarne, vous présenter notre solution à apporter serait un affront à votre intelligence car à la Fnac comme ailleurs ceci:

Ce n’est pas une crise, c’est un hold-up !!!!

Votre CGT Fnac Amiens le 17/07/15

Rémunération délirante de notre bon Pdg Alexandre Bompard
Repost 0
Published by CGT Fnac Amiens
commenter cet article
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 13:37

Pas sur que ça relance la croissance et l’emploi, mais en attendant ce sont de belles économies qui sont réalisées sur le dos des salariés, mais il faut bien financer les rémunérations de nos chers, très chers dirigeants.

La Fnac a introduit de manière unilatérale la notion d’encaissement vendeur, et depuis elle a fait procéder à de l’encaissement par la population des vendeurs. D’abord de manière facultative, mais depuis quelques temps de manière plus insistante au point que l’on a pu assister l’exercice de pressions, à des menaces…bref la panoplie habituelle de la boite pour « convaincre ».

Le « benchmarking” a fait aussi son apparition sur le thème, histoire de désigner les « bons et les mauvais » en vert ou rouge…selon leurs taux.

On a pu voir des résultats de vendeurs qui réalisent plus de 200% d’encaissement, ce qui caractérise vraiment l’exercice d’un deuxième boulot ! Et l’encaissement par les vendeurs a une incidence bien compréhensible sur la présence de camarades pour occuper des postes en caisse.

Pourtant la direction de la Fnac feint d’ignorer que la Convention Collective dont nous dépendons qui organise la filière vente et celle de l’encaissement de manière distincte.

Aucun des salariés exerçant un double métier n’a vu son coefficient changer et son salaire augmenter pour autant.

Plus grave, dans la société Relais, il existe un accord sur les qualifications datant de 1985 et 1986 (signé par 4 syndicats) et toujours en cours de validité qui détaille précisément les métiers et les organise selon deux filières.

La CGT a donc écrit à la Fnac pour lui demander de respecter les dispositions de la Convention et de l’accord de 1986 sans succès.

Nous avons également tenté d’en discuter lors des NAO sans plus de résultat.

Dans ces conditions, nous n’avons d’autre solution que de nous adresser au juge, lequel vient d’être saisi sur le sujet.

Repost 0
Published by CGT Fnac Amiens
commenter cet article
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 15:17

L’amendement Bompard a été repoussé par la commission le 3 juin, c’est pour nous une première étape.

Le rapporteur du volet travail dominical du projet de loi Macron et une ancienne ministre ont publié un communiqué de presse pour défendre les petites librairies et s’opposer à la banalisation du travail du dimanche, avec un argumentaire voisin du nôtre.

La partie n’est pour autant pas gagnée, en effet et c’est une stratégie souvent employée par le Medef sur d’autres sujets, il reste possible qu’après avoir tenté de faire passer l’inacceptable, les mêmes ne reviennent plus tard et plus discrètement avec une version moins dure mais lubrifiée, et cherchent des partenaires.

A ce titre, l’exemple du Printemps de Deauville situé en zone touristique et cité dans un article sur Médiapart est éloquent. Après avoir signé un accord avec des contreparties (paiement double + récup), le dit accord est dénoncé par la direction de l’entreprise, et depuis le dimanche est un jour de travail comme les autres, si la législation oblige de négocier elle n’impose pas à réussir et dans ce cas, ce sont les règles minimalistes qui prévalent, au boulot et à poil donc !

Les propos tenus par notre PDG sont à rapprocher de l’exemple cité, en effet, M. Bompard comme d’autres dirigeants d’entreprises « mercenaires » ira certainement poser sa besace bien remplie ailleurs, notre sort lui important si peu.

Nous avons donc à rester mobilisés et à envisager de nouvelles actions

pour continuer à jouir du repos le dimanche.

Votre CGT Fnac Amiens le 12 juin 2015

Repost 0
Published by CGT Fnac Amiens
commenter cet article
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 17:05

A la lecture de « l’auto ? interview » d’Yvan MICHEL, on réalise que le service communication de la Fnac a été décimé.Sur le mode « entre potes » et adoptant un tutoiement rassurant qui sent bon la proximité, notre directeur de l’exploitation qui n’a pas usurpé son titre pour le coup, nous livre « sa lecture des dernières informations qui se sont déroulées » (sic)

Avec des pudeurs de jeune communiante, et parlant de l’amendement, il oublie juste de dire que c’est le lobbying forcené de la Fnac qui en est à l’origine, et que donc, volontariat ou rémunération aucune contrepartie obligatoire n’a été suggérée au sénateur Philippe DOMINATI, rapporteur du texte, qu’on vous invite à mieux connaitre en le « Googlelisant » ou sur Médiapart.

Poursuivant sur le sujet, il affirme que le « travail du dimanche doit démontrer une démarche responsable et pragmatique », phrase dont le sens profond nous échappe encore, mais les termes sentent le bon sens bien de chez nous et c’est du vocabulaire dans l’air du temps, presque du Macron. Mieux encore, « travailler le dimanche peut constituer une contrainte » rappelle-t-il, on n’y avait pas encore pensé, merci Yvan ! On comprend mieux.

Ou encore : « Alexandre Bompard a affirmé que le volontariat doit constituer la règle »…, pratiquant la boite depuis quelques années, on pense plutôt à l’exception qui le devient…

Le volontariat, nous avons connu par exemple pour l’encaissement vendeur, on en est aujourd’hui un peu éloigné, sauf à considérer que la pression, les menaces etc… relèvent du volontariat.

Et si tous les salariés d’un service et/ou d’un établissement ne sont pas volontaires ?

Yvan, sujet philo pour la prochaine communication : le volontariat utopie ou réalité ?

Les contreparties financières sont bien évoquées aussi mais on attendra la loi pour discuter de la hauteur « non symbolique » de ces dernières.

Peut être pourraient elles couvrir les frais de garde des enfants ? Si on trouve à les faire garder !

La justification économique, c’est que faute de magasins ouverts le dimanche,

les consommateurs se tourneraient vers Internet.

Si le sujet n’était pas lourd de conséquences, on rirait d’une pareille assertion !

C’est bien le prix qui attire les clients sur le Web, et nous n’avons pas sur le sujet une image de discounter. Par ailleurs le « geek » qu’Yvan suppose accroché à sa tablette le dimanche la lâcherait-il pour se précipiter dans un magasin et débourser plus que ses moyens ne le lui permettent ?

Amazon, qui est la concurrence internet visée, agit dans le monde entier, vend également plein de choses pas culturelles du tout, genre cafetières et aspirateurs (merde, nous aussi !), des livres en anglais notamment…et a aussi démenti les affirmations volontiers véhiculées par Alexandre et prétendant que

25 % de son CA serait réalisé le dimanche. (L’enthousiasme l’a même fait passer à 30% ce 21 mai)

Yvan omet encore de préciser que le syndicat des libraires (patronal) s’est prononcé contre ce projet qui mettrait à mal leurs finances.

Notre ami Yvan a oublié de parler d’emploi, traduction pour ceux qui ne comprennent pas, ça se ferait donc à effectif constant chez nous, on vous laisse imaginer dans quelles conditions y compris pour les cadres au forfait jours…

Adressez-vous aux directeurs et managers, restons confiants, qu’il dit comme le ferait un vendeur de bagnole d’occasion voulant vous convaincre que l’épave proposée est une affaire.

Là c’est bon Yvan, on a compris !

Votre CGT Fnac Amiens le 03/06/15

L'amendement sénatorial Dominati dont il est question:

http://www.nossenateurs.fr/amendement/20142015-371/405

Repost 0
Published by CGT Fnac Amiens
commenter cet article
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 13:29

LES ASSASSINS DU DIMANCHE, CRIME GRATUIT

Avec ses 12 dimanches au programme et ses compensations financières aléatoires soumises à un éventuel accord collectif ou plus certainement à une décision unilatérale de l’employeur, l'article 80 de la loi Macron n'était pas la panacée pour nous, les salariés du commerce.

Depuis ce 5 mai, suite à un gros travail de sape de Bompard et des «grandes enseignes», notre sort s'est encore dégradé. Un amendement du sénat, adopté à l'unanimité, classe les commerces de biens culturels dans la liste des dérogations au repos dominical.

«Les commerces de détail des biens culturels peuvent déroger à la règle du repos dominical en attribuant le repos par roulement»

Dans un abrutissant silence médiatique:

Nous allons bosser 52 dimanches pour pas un rond de plus. Adieu volontariat, les conditions des 5 dimanches du Maire, ou la compensation obligatoire. Comme les magasins de bricolage, les cinémas ou les théâtres, nous rejoignons la triste cohorte des salariés lésés par l'article L3132-3 du Code du travail. Le dimanche devient un jour comme les autres.

Ce Mardi 12 Mai, le sénat va se prononcer sur la Loi Macron et certainement adopter ce néfaste amendement. Nous allons être les premières victimes de cette déréglementation ultra libérale, au détriment de nos vies personnelles et familiales.

L’ouverture des commerces culturels tous les dimanches permettrait de concurrencer Amazon qui ferait 25% de son CA sur cette journée. Aux dernières nouvelles, la Fnac a un site, elle aussi.. Entre cliquer depuis son canapé et se rendre dans un magasin, il y a tout un monde. Le dimanche est une journée de repos si spéciale...

Ces mesures favoriseraient la relance et l'emploi. Depuis 10 ans, on «dérégule», et pourtant le chômage ne cesse de s'accroître. L'embauche dans les Fnac ne va pas connaître une soudaine recrudescence en ouvrant un 7ème jour. Avec l'augmentation de l'amplitude horaire, nos conditions de travail vont encore se dégrader. Des dommages collatéraux sont à prévoir pour les petits commerces de proximité. Dans cette surenchère capitalistique, pas sûr que l'emploi soit gagnant..

Aucune mesure ne prévoit d'augmenter le pouvoir d'achat des consommateurs d'un1/7ème pour profiter pleinement de cette journée d'achat supplémentaire...

Il existe au moins 6 bonnes raisons de ne pas bosser le Dimanche: le Lundi, le Mardi, le Mercredi, le Jeudi, le Vendredi et le Samedi. Le repos dominical fait partie des fondamentaux de notre société.

POUR NOS DIMANCHES, RESTONS TOUJOURS MOBILISÉS!!! AGISSONS !

Fini les dimanches pour les salariés de la Fnac... Merci Macron
Repost 0
Published by CGT Fnac Amiens
commenter cet article
18 avril 2015 6 18 /04 /avril /2015 22:39

Le 1er mai est le seul événement syndical et social universel. C’est un moment historique marqué par les luttes, les revendications, le progrès social et la paix. La fraternité, la solidarité internationale et la fête caractérisent ce jour unique.

En France une forte aspiration à un changement de politique économique et sociale domine car aujourd’hui le gouvernement ne répond pas aux attentes, comme l’illustre sa politique antisociale et autoritaire.

Aujourd’hui et depuis 120 ans, la CGT continue son combat pour l’intérêt général, contre les idées d’exclusion, du rejet de l’autre, pour le « travailler et vivre ensemble ». Ce combat appelle à la mobilisation de tous les salariés, les retraités et les privés d’emploi pour confirmer notre refus de payer la facture d’une crise économique dont nous ne sommes pas les responsables.

Loin de n’être qu’une fête militante, elle est ouverte à l’ensemble des samariens qui peuvent venir découvrir qu’il existe une autre façon de voir et d’écrire notre monde de demain.

1er Mai Fête du travail, des luttes et de la solidarité à Amiens, Parc de la Hotoie, 10h30
Repost 0
Published by CGT Fnac Amiens
commenter cet article
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 15:15
Loi Macron, L’arbre qui cache la forêt…

Au forceps du 49-3, le gouvernement a fait passer le projet de loi « pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques », dit loi Macron et nul doute qu’il en a payé une partie du prix dans les urnes des départementales.

Pour mémoire, la dernière utilisation de l’Art 49-3 date du gouvernement Villepin pour le CPE en 2006 avec 3 millions de personnes dans la rue.

Le choix de passer en force sur ce texte est révélateur du virage libéral opéré par le gouvernement qui « aime l’entreprise ».

Si le texte est surtout connu pour la partie concernant le travail du dimanche que les médias ont monté en épingle, le reste du projet constitue un recul sans précédent pour les droits des salariés.

Ainsi, le projet modifie la notion de travail de nuit, qui débute aujourd’hui à partir de 21 heures pour la faire commencer à partir de minuit si le texte est voté en l’état.

Les conséquences sont multiples, mais aucune n’est favorable aux salariés : ainsi, la majoration du salaire qui pouvait s’appliquer au travail de nuit ne sera plus reprise évidemment ; dans certains cas, il faudra payer une baby-sitter ; les horaires de travail peuvent amener à « croiser » son conjoint ; pour la prise en compte de la pénibilité, le travail de nuit est un des facteurs reconnus ouvrant des droits et ce ne sera plus le cas, merci pour la santé.

Une manière de démolir la décision de justice obtenue par les syndicats pour les salariés, le fameux et bientôt défunt « arrêt Séphora » et dont le propriétaire de l’enseigne déjà riche comme Crésus, doit se pâmer de bonheur.

Le deuxième exemple concerne l’article qui entendait protéger le secret des affaires et menaçait donc les journalistes, les lanceurs d’alertes mais aussi les représentants du personnel amenés à connaitre ces sujets.

Devant le tollé qu’à suscité leur pénalisation possible (merci à Médiapart qui en est à l’origine), le gouvernement a reculé, mais le texte recèle une autre pépite sur le sujet, il prévoit que pour les entreprises de moins de 50 salariés il n’y aura plus d’obligation de publier les comptes.

C’est d’autant plus efficace que 96 % environ des entreprises en France comptent moins de 50 salariés, vive la transparence !

De bonnes raisons d’être dehors le 09 AVRIL

Votre CGT Fnac Amiens

Repost 0
Published by CGT Fnac Amiens
commenter cet article
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 20:00
Fnac: L'obole et le Dimanche...

A force de rencontrer nos camarades dirigeants, on commence à les deviner et on ne s’était pas trompés lors des NAO.

La Fnac voulait conclure les négociations sur les salaires avant la publication des résultats du groupe le 27 février et ces petits cachotiers ne voulaient pas qu’on ait des vues sur un morceau de leur « pain au chocolat » comme dirait l’autre.

C’est un bon gros gâteau, mais entre le discours interne sur une « situation économique dégradée » et les résultats remarquables publiés le 27/02 accompagnés du discours d’autosatisfaction, on se demande qui ment et pourquoi.

Les directions locales ont même été priées de convaincre les salariés que tout ça c’était pour l’extérieur et les investisseurs, histoire de calmer les « partageux » mais que notre bon dirigeant allait malgré tout faire un « petit geste pour ses pauvres » à travers la participation…

Si comme l’affirmait hier sur RTL notre PDG, tous les indicateurs sont au vert, c’est qu’il ne pensait pas aux salariés de la « Fnac d’en bas ».

Le stress du direct surement, non ?

Parce que les salariés sont une des données qui ont permis ce résultat, et pour beaucoup d’entre eux de façon bien involontaire, ils ont été remerciés, mais dans l’acception « coup de pied au cul » du terme.

Explication : Si sur 2014 nous avons un chiffre d’affaire qui est stable et une marge en léger recul selon le communiqué de la Fnac, le résultat en hausse de 180 % versus 2013 correspond pour largement plus de la moitié à des économies sur les coûts, et les coûts c’est nous, 120M€ réalisés pour 80 de prévus et 30 à 40 M€ encore prévus pour 2015…

A nous donc le sous effectif partout, le surmenage, le fait que 95% de la population se trouve au mini de la grille des salaires, la polyvalence imposée et des conditions de travail dont notre PDG a oublié de causer dans le poste.

Emporté par son élan, le chef s’est lâché sur le travail du dimanche, merci Macron, et a rabâché qu’il serait nécessaire que les magasins soient ouverts le dimanche, c’est bon pour l’emploi, la croissance, blah blah, et que ça ferait la nique à Amazon qui fait 25% de son CA le dimanche. Amazon aurait donc des magasins en France ouverts le dimanche ?

Rappelons que Fnac.com est déjà ouvert 7j/7 et 24h/24, que les achats du dimanche ne se feront pas en semaine, quant à l’emploi, nous avons pu observer qu’on déshabillait la semaine pour le dimanche en détériorant les conditions de travail mais aussi la vie familiale, associative, etc.…parce qu’on travaille aussi le samedi !

Le dimanche peut aussi servir à lire les ouvrages acquis en semaine.

Si le projet que porte notre généreux dirigeant, c’est un pays transformé en un vaste centre commercial ouvert non-stop, on n’en veut pas.

Votre CGT Fnac Amiens. Le 28/02/15

Repost 0
Published by CGT Fnac Amiens
commenter cet article
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 11:59

L’image résume ce qu’a été la « négociation » sur les salaires en 2015. Le contexte était particulier, parce qu’en même temps que les représentants de la Fnac nous justifiaient l’indigence des mesures salariales par la « situation dégradée », des informations fuitaient sur une augmentation sensible de la trésorerie du groupe, un possible versement de dividende et une orientation du cours de bourse à la hausse.

De quoi s’interroger sur le sérieux des informations de nos interlocuteurs qui ne sont pas les décideurs, loin s’en faut !

Les comptes du groupe Fnac seront présentés le 27 février, nous avons demandé qu’une dernière réunion de négociation se tienne après cette date afin d’agir en connaissance de cause. C’est non !

La direction de la Fnac entend boucler ce cycle obligatoire dès aujourd’hui pour se prémunir de demandes légitimes d’un meilleur partage des richesses produites entre les salariés et les actionnaires.

Elle montre ainsi le peu de considération qu’elle accorde aux salariés survivants des Plans Sociaux successifs dont les efforts sont là bien récompensés.

Pas d’évolution des tickets resto, Pas de passage automatique de 2.1 à 2.2 au bout de 3 ans, Pas de passage automatique des GAD au niveau 3.1, Pas de prime de vacances comme à Lyon, ½ mois de salaire d’embauche, Pas d’engagement sur le maintien des effectifs malgré les conditions infernales, Aucune mesure pour réduire les inégalités sur le REC entre services, les caissières continueront de subir toutes les précarités, ETC…

Pour obtenir ce qui nous revient, il va falloir aller le chercher…

Votre CGT Fnac Amiens 23 février 2015

Repost 0
Published by CGT Fnac Amiens
commenter cet article

Nous contacter

DP/DS: Levêque Florian

          dp.fnacamiens@gmail.com

          06.37.73.58.95

CE: ce.fnacamiens@gmail.com

Notre page Facebook: link

Rechercher

Nous sommes?

La CGT Fnac Amiens, ce sont des syndiqués militants et une expérience reconnue. La CGT Fnac Amiens s’inscrit dans les statuts généraux du syndicat: " Agir pour une société démocratique,libérée de l’exploitation capitaliste et d'autres formes d’exploitation et de domination,contre les discriminations de toutes sortes,le racisme,la xénophobie et toutes les exclusions…"

Articles