Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 20:54

  Solidarité de la CGT Fnac Amiens pour les 80% de grévistes qui font entendre leur colère face aux conditions de travail qui se dégradent et la crainte de voir la Fnac de Pau devenir une "Fnac périphérie" .

 

Revue de presse de la journée:

link

link

JE NE SUIS PAS QU’UN MATRICULE

Repost 0
Published by CGT Fnac Amiens - dans Luttes
commenter cet article
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 18:59

Dérisoire…

 

 

  Devant les profits monstrueux et insolents des boites du CAC 40 en pleine crise, notre Président de la République à nous tous avait annoncé une loi destinée aux laissés-pour-compte de la richesse.

 

  1000 € de prime pour le pouvoir d’achat avait claironné notre Sarko bientôt débordé par son ministre Baroin avec 1200 € !

Cette annonce  à la démagogie préélectorale coutumière du politique a quand même donné naissance à une loi récemment promulguée.

 

  Elle impose de négocier, pas d’arriver à un résultat. Pas d’obligation sérieuse donc.

 

  Mais les conditions pour être concerné par la loi sont devenues telles que seule une poignée d’entreprise sont concernées, puisqu’il faut notamment que la boite ait versé des dividendes moyens en hausse sur 3 ans pour faire simple. En pleine crise donc.

 

Miracle, PPR vers qui remonte le pognon que nous générons en « suant le burnous » est dans la nasse, en effet les dividendes y ont été à la hausse, crise ou pas !

 

  Comme tous les « Fnicards » de base, on a cru qu’on avait gagné au Loto, il faut dire que la « Prime sur le Partage des Profits » nous a rendus optimistes, en raison de la hauteur des profits précisément.

A peu près 450 millions d’euro de dividendes, ça fait abondamment saliver pour le partage.

Par ailleurs, il n’y a pas de montant maxi pour cette prime, elle est juste exonérée de cotisations sociales jusqu’à 1200€, mais on en aurait volontiers payé aussi.

 

  Tout à notre bonheur qui s’annonçait, nous n’avions pas pris la mesure du sens que la Fnac donne au mot « partage ».

 

  De là, une petite déconvenue à l’annonce des 200€ bruts, soit 180 en net.

 

Pour les fumeurs, c’est l’augmentation à venir du prix des clopes.

 

  En étant généreux et à la louche, ça représente 2 millions d’euro pour 10 000 salariés, en s’approchant un peu et armés d’une loupe, cela nous donne un 0,0045% des profits à se partager  à 10 000 !

 

  Sous microscope électronique cette fois, on arrive enfin à  0, 00000045 des profits par salarié, et encore avons-nous calculé sur le brut. C’est un niveau où il n’y a plus de synonyme pour « partage ».

 

  Si la loi en question ne dit rien sur la notion de partage, elle stipule simplement que cette prime ne doit pas être dérisoire, elle est aussi muette sur la notion de mépris.

 

dérisoire

                                                                                                            

Repost 0
Published by CGT Fnac Amiens - dans Salaires
commenter cet article
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 22:57


Face au vide abyssal de communication de la direction sur

les enjeux   marchands et surtout humain que représente la fin de la téléphonie par la Fnac, nous nous y collons pour tenter de vous presenter

 avec le peu que nous en sachons, ce projet ainsi que nos craintes ...

 


Tout d'abord que va t'il se passer?


Et bien SFR, va devenir le distributeur exclusif des produits mobiles dans les magasins. Les autres opérateurs? A la porte... On se retrouvera dans les Fnac comme ailleurs dans la grandes distributions avec des boutiques et des salariés indépendants le l'entreprise hôte.


Mais pourquoi?


Malgré l'habituelle étiquette d'extrémiste buté que l'on aime coller aux syndicats et à la CGT en particulier, nous, nous écoutons ce que l'on nous dit et apparemment les raisons sont légitimes et motivées par une offre de SFR à laquelle la Fnac ne pourrait échapper. Ce que l'on peut lire en tous cas c'est que: "C'est une grande stratégie avec des objectifs de croissance élevés nécessitant des partenariats protéiformes, des produits à hautes valeurs ajoutés et une clientèle technophile" . En gros cela serait mieux pour la Fnac et bien entendu sur le principe nous ne seront pas opposé, car la Fnac ce sont pour nous avant tout les salariés, par contre il est logique de s'inquiéter et de tout faire pour que l'humain prime sur le financier...


Justement: et l'humain dans tout ça,

 car c'est là notre principale inquétude?


Pour se que l'on sait déjà c'est que près de 200 de nos collègues de la mobilité à travers la France devront débarrasser le plancher ou troquer leurs nouveaux gilets noir contre un  rouge. Lors de la présentation du projet nous avons bien entendu exprimé nos plus grandes craintes les concernant, mais la direction de la Fnac s'est engagé à ce que tout se passe le mieux possible (formations ou propose). Ce qui est certain c'est qu'il n'y aura pas de plan social, cependant il n'est jamais très plaisant de devoir quitter un métier pour un autre, des collègues, un savoir faire, des compétence ou encore des projets dans cette branche. Inquiétant et angoissant d'autant plus quand on ne sait pas clairement pour l'instant à quelle sauce on va être mangé...


 

Pour conclure:


Avant tout ce sont certes les salariés de la mobilité qui sont concerné, mais que cela se passe bien ou mal nous le serons tous au final.  Qui dit que demain cela ne soit un autre groupe tel que Canon, Gallimard, Disney qui s'installe avec ses propres effectifs. Bientôt se tiendra une nouvelle réunion en Comité Centrale d'Entreprise, la CGT Fnac d'Amiens, y sera indirectement représentée. Si tu as des questions à rajouter parmi la longue liste déjà renvoyée n'hésite pas à nous en faire part. Nous devrions suite à cette réunion en savoir un peu plus on, l'espère tous sur  les modalités commerciales, humaines ou tout simplement d’ordre pratiques.

Cette réunion-consultation sera aussi l'occasion pour nous d'exiger le maximum de garanties sociales pour l'ensemble de nos collègues en France et à Amiens et de faire entendre et comprendre que nous serons toujours des plus vigilants concernant nos collègues. A suivre. 

 

 

telephonie c'est fini


 

 

 


 

 

 

Repost 0
Published by CGT Fnac Amiens - dans Conditions de travail
commenter cet article
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 21:52

lettre ouverte Alexandre Bompard Suicide LC-copie-3

Repost 0
Published by CGT Fnac Amiens - dans Conditions de travail
commenter cet article
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 15:10

  Un nouveau suicide plus médiatique que les précédents puisqu’il s’agit de celui d’un directeur au nom connu vient ternir un peu la façade sociale  ripolinée de la Fnac.

  La Fnac a œuvré en grand pour limiter la propagation de la nouvelle du suicide du directeur de Clermont-Ferrand.

  La difficulté pour la boite et l’explication, c’est qu’avant de passer à l’acte, la victime a envoyé un mail expliquant les raisons de son geste.

  La Fnac y est directement visée à travers son management et les organisations, mais aussi sur les pratiques mises en œuvre pour écarter certains salariés, ce qui ressemble pour les malheureux à de véritables pièges.

  Le directeur s’est retrouvé à faire une fois de trop peut être ce que lui demandait la boite et que l’homme ne voulait plus faire.

Un conflit de valeur majeur qui l’aura conduit à trouver une solution brutale et définitive.

 

  La Fnac en interne rame pour minimiser les conséquences de ce suicide, l’argument servi en boucle étant qu’il aurait été guidé par des motifs personnels et rien d’autre, surtout pas…

  C’est encore ce que vont répéter aux équipes les directeurs et autres RH en service commandé, quoi que ces gens puissent en penser.

  On mesure bien la considération portée aux « collaborateurs » à travers le kit du prêt à penser qui leur est servi, rien que de l’habituel finalement.

Pour certains il faudra encore s’appuyer une situation de dissonance cognitive génératrice de mal-être pour tenter de dégager la responsabilité de la boite, mais c’est ça l’important !

 

  Les causes ne seront donc pas traitées puisque la Fnac a décidé qu’elle était innocente.

  Depuis de nombreuses années, la Fnac impose à ses salariés qui veulent évoluer, et à tous les niveaux de l’échelle, la mobilité géographique.

 

On ne peut donc pas réussir localement une carrière

à la Fnac.

 

  Au titre des conséquences de ces déplacements réguliers figure notamment l’isolement social, il est difficile de créer des liens solides avec des déménagements incessants, les échanges et l’expression du mal être se raréfiant forcément.

  L’équilibre nécessaire entre vie familiale et vie professionnelle s’en trouve gravement perturbé, impossible d’imaginer que cette politique n’est pas réfléchie et voulue par la société pour le bénéfice qu’elle en tire.

 

  Pour l’entreprise, c’est tout bon, le salarié coupé de la vraie vie se retrouve avec un repère constant c’est la Fnac et peu sollicité parce qu’isolé, il va s’y investir jusqu’à l’épuisement.

  Et puis c’est plus facile de mettre sous pression un salarié qui n’a pas d’ancienneté sur un site, il n’aura pas grand monde vers qui se tourner et sera largement plus docile.


Est-ce que ça doit continuer en attendant le prochain ?

 


Repost 0
Published by CGT Fnac Amiens - dans Conditions de travail
commenter cet article
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 13:39

Le figaro: link

Europe 1: link

7 sur 7: link

Montagne: http://www.lamontagne.fr/editions_locales/clermont_ferrand/polemique_apres_le_suicide_du_directeur_de_la_fnac_video_@CARGNjFdJSsBHhsGBR0-.html 

Livre Hebdo:

 

Fnac : les syndicats s'émeuvent du suicide d'un directeur de magasin

Publié le 20 juin 2011 par cn

A la suite du suicide du directeur de la Fnac de Clermont-Ferrand, les organisations syndicales ont envoyé une lettre ouverte au P-DG de l’enseigne pour l’interpeller sur l’évolution des conditions de travail.

Les représentants des syndicats Sud, CGT, CFDT et Unsa ont adressé à Alexandre Bompard, P-DG de la Fnac, une lettre ouverte datée du 17 juin pour l’interpeller sur la responsabilité de l’enseigne dans le suicide d’un directeur de magasin muté depuis avril à Clermont-Ferrand, après plusieurs années passées à Aix-en-Provence.

S’appuyant sur un mail envoyé par ce dernier juste avant son acte définitif, ils évoquent “la souffrance d’un homme, d’un cadre, qui a vu mourir sous ses yeux l’entreprise qu’il aimait et pour qui il avait comme il le dit tout donné... qui dit sa colère face à une politique d’entreprise déshumanisée, des métiers vidés de leur sens, des valeurs managériales dévoyées qui font la part belle au mensonge et à la sanction”. 

Sachant que ce suicide fait suite à deux précédents survenus fin 2010 (à Nice et à Marseille), ainsi qu’à deux tentatives (à Tours et à Metz), les organisations syndicales demandent à leur direction “de prendre toutes les mesures nécessaires afin de ramener dans notre entreprise le plaisir à travailler sans stress, sans pression, sans souffrance, dans le respect du droit et des accords d’entreprise, et de veiller au juste équilibre entre vie familiale et vie professionnelle. Dans quelques semaines, vous présenterez la stratégie d’entreprise, il est de votre responsabilité de ne pas en minorer les conséquences humaines et sociales”.

La direction de la Fnac s'est déclarée “bouleversée”, et Alexandre Bompard, son P-DG, était présent aux obsèques. De son côté, le procureur de la République de Clermont-Ferrand a relativisé l'importance des causes professionnelles dans cet acte : “Un suicide s'explique souvent par un ensemble de choses. En l'occurrence, il s'agit peut-être de raisons professionnelles, mais aussi de la perte d'un ami et de difficultés financières.”

Une enquête devrait rapidement permettre de mieux cerner l’événement. 

 

Repost 0
Published by CGT Fnac Amiens - dans Conditions de travail
commenter cet article
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 21:34

là link

Repost 0
Published by CGT Fnac Amiens - dans Conditions de travail
commenter cet article
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 21:39

 

Voilà enfin une bonne nouvelle pour oublier la grisaille de la crise, nous pouvons nous féliciter d’avoir contribué collectivement à la prospérité

de quelques uns.

 

En effet, c’est ce 19 mai que s’est tenue l’assemblée générale des actionnaires de PPR, et la docte assemblée a adopté à 99,8 % la distribution d’un dividende de 3.50€ par action.

 

Le dividende semble ignorer la crise puisqu’il est en augmentation de 16.5% sur 2009. Ce sont donc un peu plus de 472 millions d’€ qui seront distribués aux actionnaires cette année pour l’exercice 2010.

 

Certes ces montants paraissent un peu irréels aux « Fnicards de base » pris dans les injonctions quotidiennes à vendre des garanties et services, des produits éventuellement et à encaisser le tout.

Pour mieux comprendre, vu de notre marécage, ça représente presque 36 000 années de SMIC…sans les charges.

 

Vous pourrez néanmoins vous habituer puisqu’il est prévu de verser respectivement 3.89 et 4.50 euro pour les années 2011 et 2012,

soit + 11.1% en 2011 et 11.16% en 2012.

 

Au titre de l’anecdote, la 14ème résolution présentée a été rejetée, celle qui envisageait une augmentation du capital en faveur des salariés.

Rejetée à 71,1%, il doit y avoir des socialistes dans l’assemblée…

 

Mais cette bonne nouvelle pour l’actionnaire pourrait être tempérée par l’annonce à peine électoraliste du gouvernement qui voudrait qu’un rab de participation soit versé dans les entreprises qui distribuent des dividendes en hausse, et nous avons le profil qui convient.

 

Evidemment, le principe de cette prime est critiquable en ce qu’il oublie la majorité des salariés des petites boites, qu’il ne participe pas à la solidarité à travers les charges sociales et que nous avons besoin de véritables augmentations de salaires.

 

Pour autant nous ne cracherons pas sur les 1200 euro voire plus que voudra bien nous accorder l’employeur en attendant un partage plus équitable et durable.


Repost 0
Published by CGT Fnac Amiens - dans Salaires
commenter cet article
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 21:08

 Chacun d’entre nous a reçu une lettre de notre nouveau Président-directeur général, et comme personne n’a pensé à le remercier, 

 nous on s’y colle!

 


En effet, comme il est dit dans la missive de notre nouveau bienfaiteur, c’est à son initiative que « des mesures collectives de revalorisation des bas salaires ont été introduites, malgré un contexte économique et commercial difficile », on lui en donne acte.

 

C’est bien qu’il ait remarqué que nous avions des bas salaires, mais on apprécie à sa juste valeur son anticipation sur l’augmentation à venir du SMIC qui aurait ainsi rejoint le salaire d’embauche.

 

Mais pourquoi donc lorsque le contexte économique et commercial n’était pas difficile sommes nous restés dans le quart monde et à l’abri du pouvoir d’achat ?

Peut-on d’ailleurs parler de pouvoir d’achat, notamment pour nos collègues à temps partiel subi ?

 

Cher Alexandre, il y a du boulot si vous avez la volonté de vous occuper des pauvres, de vos pauvres !

On  peut même vous proposer des pistes si votre démarche ne s’inscrit pas opportunément dans un plan de communication.

 

Que sont donc devenus les gains de productivité obtenus ces dernières années avec l’intensification du travail constatée ? Partagés ?

 

Dans le détail de la lettre, nous apprenons aussi que nous allons bénéficier d’une largesse supplémentaire concernant la participation.

 

Dans cinq ans, chers heureux gagnants vous pourrez disposer d’environ 66,08 € bruts de plus, soit aux alentours de 0,003% d’augmentation de la rémunération annuelle d’un « Fnicard « de base.

On en oublierait presque qu’en quatre ans, c’est pratiquement un milliard d’€ qui sont remontés vers l’actionnaire.

 

En adaptant les propos de l’abbé Siéyes de 1788 à propos du tiers état : « qu’est ce que le salariat à la Fnac ? Tout. Qu’à-t-il été jusqu’à présent ? Rien. Un tout entravé et opprimé… ».


 

Soumis à votre bienveillante générosité et à votre compassion, nous espérons que ces quelques mots sauront vous inciter à éradiquer rapidement ces bas salaires qui ont pu provoquer votre « chrétienne » réaction.

Repost 0
Published by CGT Fnac Amiens - dans Salaires
commenter cet article

Nous contacter

DP/DS: Levêque Florian

          dp.fnacamiens@gmail.com

          06.37.73.58.95

CE: ce.fnacamiens@gmail.com

Notre page Facebook: link

Rechercher

Nous sommes?

La CGT Fnac Amiens, ce sont des syndiqués militants et une expérience reconnue. La CGT Fnac Amiens s’inscrit dans les statuts généraux du syndicat: " Agir pour une société démocratique,libérée de l’exploitation capitaliste et d'autres formes d’exploitation et de domination,contre les discriminations de toutes sortes,le racisme,la xénophobie et toutes les exclusions…"

Articles